jumellesNous poursuivons notre dissection de la chance durable, celle que nous pouvons parfois provoquer.
Le mois dernier, nous avons envisagé la première condition : clarifier son intention.
Pour progresser encore un peu plus vers le succès il y a lieu de développer une deuxième aptitude : la disponibilité. Car il serait dommage de "laisser passer sa chance", faute de l'avoir vue... Comme le précise Philippe Gabilliet* : "Cette préparation à la chance est essentiellement intérieure." L'intention consciente se double alors d'une attention consciente, qu'il nomme également "disponibilité intérieure". Elle est aussi bien mentale, intellectuelle, émotionnelle qu'affective. A la différence de la concentration, qui est une focalisation sur un point précis, l'attention suppose une ouverture, un regard élargi qui va aider à capter les signes ou percevoir les opportunités favorables. On qualifie dès lors de séréndipités, "les découvertes inattendues faites grâce au hasard et à l'intelligence".

Philippe Gabilliet préconise trois habitudes pour entretenir sa disponibilité intérieure :
- pratiquer l'ouverture consciente, et exercer sa curiosité toutes les fois où cela est possible
- préparer le terrain de l'intuition juste (c'est à dire dans des domaines où l'on a des connaissances, de peur de "prendre ses rêves pour des réalités")
- savoir se déconnecter pour favoriser l'éveil, par la méditation, la relaxation, le rêverie, les exercices de pleine conscience, pour "recharger son potentiel d'attention".

 

* L'auteur de "Eloge de la Chance", Ed. Saint-Simon, 2012