panique

Depuis quelque temps, les consultations en sophrologie se multiplient pour des patients souffrant de crises d'angoisse. Également appelées "attaques de panique", ces crises sont aussi désagréables que dérangeantes, sans pourtant contenir de facteurs de gravité. La survenue d'une crise d'angoisse doit néanmoins susciter en premier lieu une consultation médicale pour éliminer toute cause biologique ou physiologique. Ceci fait, il n'est pas rare que le médecin conseille la sophrologie à son patient, pour apprendre à gérer ses crises et le stress pré- ou post-crise .
Pour suivre depuis plusieurs années des personnes qui ont connu des attaques de panique, je confirme que l'on dispose avec la sophrologie d'un attirail tout à fait intéressant, et efficace à terme.

Mais de quoi parle-ton ?
La crise d'angoisse se manifeste par l'apparition brutale et souvent inopinée d'un certain nombre de symptômes intenses :
- sensation d'une tension qui monte subitement (du ventre vers le thorax ou du thorax vers la gorge)
- oppression thoracique, difficultés à respirer
- tétanie
- accélération de la fréquence cardiaque
- chaleur, sueurs
- sensation d'être vidé, peur de tomber ou de faire un malaise
- peur panique diffuse, voire conviction que l'on va mourir...

La plupart des crises d'angoisse se développent à partir d'un épisode inaugural qui a créé un premier conditionnement magistral (choc, accident ou agression, panique en voiture ou dans les transports...). Dès lors que des critères identiques apparaissent, les symptômes se réveillent instantanément. Ceci rend la vie sociale difficile : impossibilité à se déplacer en voiture ou dans les transports en commun, incapacité à être dans un lieu où il y a du monde - ou du bruit...
Dans quelques cas, la crise d'angoisse devient généralisée (elle peut être la conséquence d'un stress qui s'est installé sur une longue période), et ses effets se manifestent en dehors de toute cause objective. L'individu qui est est victime se trouve "sensible à tout" - et de plus en plus sensible.

La crise d'angoisse génère des anticipations négatives, qui entretiennent et amplifient l'angoisse. C'est "le serpent qui se mord la queue".

Pourquoi la sophrologie ?
La prise en charge des attaques de panique avec la sophrologie nécessite d'abord un interrogatoire précis de la personne qui consulte, pour isoler les critères significatifs, liés à son histoire et à sa personnalité.
Les séances de sophrologie vont être ciblées, pour que le sophrologue dote son patient de techniques qui vont l'aider à gérer ses crises :
- repérer les prémisses et éviter que la pression monte trop vite
- atténuer les symptômes qui se mettent en place
- canaliser les peurs et les anticipations
- reprendre confiance en soi...

Il est parfois utile de faire un travail spécifique sur l'épisode inuagural, ou l'élement déclencheur, dans le cadre de séances d'hypnose.

De manière assez rapide (au bout de 3 à 7 séances), on commence à voir apparaître une atténuation de la puissance des crises, puis un espacement de leur survenue. La période entre deux crises s'allonge de plus en plus. Et s'il n'est jamais possible de les faire disparaître complètement (pas plus qu'un médecin ne peut garantir à son patient quil n'attrappera plus jamais le grippe), il devient facile de les aborder sereinement pour les faire passer rapidement. Les personnes qui connaissent bien leurs déclencheurs peuvent même agir en amont de certains événements ou situations, de manière préventive. Les événements potentiellement anxiogènes demeurent sensibles, mais il est possible de les désamorcer pour les aborder avec une plus grande maîtrise - doublée d'une satisfaction dès lors que les symptômes s'atténuent puis disparaissent.