received_10154629735943684

Les techniques originales ne manquent pas, et ma curiosité est sans limite lorsqu'il s'agit de découvrir celles qui proposent d'améliorer notre santé ou d'optimiser notre bien-être.
Depuis le temps que l'on me parlait de la cryothérapie, il était temps de tester par moi-même !
Rien de plus facile puisque les salons spécialisés commencent à fleurir en région parisienne. Un simple rendez-vous pris par téléphone suffit.
La cryothérapie dite "corps entier" est principalement indiquée dans le soulagement de la douleur, notamment d'origine inflammatoire. Ce sont les sportifs qui en furent les premiers utilisateurs, dans un cadre médical, et pour soigner les blessures et faciliter la récupération après l'effort. On lui prête aussi des bienfaits sur le stress, les troubles du sommeil, voire la cellulite et la perte de poids car on dépenserait 800 calories au cours d'une séance ! A vérifier...

Comme son nom l'indique, la cryothérapie utilise un froid sec extrême (- 120 à -150°) auquel le corps est soumis pendant quelques minutes. Ça peut faire peur, mais ça reste très encadré. 
D'abord les contre-indications : elle est strictement déconseillée aux personnes ayant des troubles cardiaques ou souffrant d'insuffisance rénale.

Ensuite, les précautions d'usage : les extrémités du corps, finement vascularisées, sont protégées par de grosses chaussettes et d'épais gants, avant qu'on ne vous propose d'entrer (en sous-vêtements) dans un tube (le "cryosauna") qui va diffuser pendant 3 minutes une vapeur d'azote frigorifié. La tête reste à l'extérieur et respire à température ambiante. Dès lors, il faut juste être (un peu) résistant au froid...
Alors, oui, on sent bien le froid ! Un gros courant d'air vous enveloppe et de petites piqûres se manifestent à la surface de la peau. Je constate que la personne qui encadre ma séance (un ostéopathe, soit dit en passant) ne cesse de me parler pour capter mon attention et éviter que je me focalise sur ces petits désagréments. Selon lui, il faut 1 minute pour que le corps descende en température, 1 autre minute pour créer un état de stress qui oblige l'organisme à réagir et 1 minute pour que le soin fasse son plein effet. Je reconnais que les 30 dernières secondes me semblent un peu longues...
Mais c'est déjà terminé : je m'enveloppe dans un épais peignoir avant de m'asseoir pour boire tranquillement un verre d'eau (ou de thé, c'est au choix...).
Et le premier effet se fait immédiatement ressentir : un immense sentiment de relâchement et de bien-être qui provient de la vasodilatation qui se diffuse après ces quelques minutes de vasoconstriction intense. J'ai chaud, je me sens flotter quelques instants, je suis bien...
Mon "encadrant" me conseille de beaucoup boire (pour faciliter le drainage provoqué par l'effet vasoconstriction/vasodilatation). Il suggère que je pourrai me sentir par la suite un peu léthargique - ou au contraire plus dynamique - ou même avoir davantage faim (là je dois dire que je crains un peu pour l'effet anti-cellulite...).
Au final, ce fut pour moi un regain de dynamisme, et une atténuation sensible de douleurs lombaires qui résultaient d'un vieux lumbago.
En période chronique, une séance hebdomadaire est nécessaire. Pour certaines de mes clientes (dont une atteinte de spondylarthrite ankylosante) qui en font l'expérience régulière, l'effet anti-douleur perdure dans le temps.

Une séance de 3 mn coûte de 30 à 40 € selon les centres.
Pour trouver un centre, prenez conseil auprès d'un professionnel de santé - il n'existe encore pas de label commun à ces établissements.