sophro ou hypnose

Sophrologue depuis 2003 et praticien en hypnose depuis 2015, il arrive souvent que l'on m'interroge sur les différences entre l'une et l'autre technique, ainsi que leurs différentes indications. Il m'apparaît donc intéressant de faire le point, à partir de mon expérience de praticien et du suivi de centaines de personnes avec lesquelles j'ai eu recours soit à la sophrologie, soit à l'hypnose.

Historiquement l'hypnose précède la sophrologie. Cependant, elles ont un point commun : elles s'appuient sur les états modifiés de conscience. La conscience est progressivement abaissée de son niveau de vigilance habituel, grâce au support de la voix du thérapeute qui accompagne. De nombreux médecins, puis d'autres thérapeutes à leur suite, attentifs aux incidences de l'inconscient sur nos actes tout à fait conscients, ont observé qu'un état détendu "au bord même du sommeil" (sans toutefois y céder) permettait un travail en profondeur, avec une moindre interférence des jugements, croyances ou critiques. A terme, ces techniques aident à devenir plus conscient de ce que nous sommes et de ce que nous faisons, ce qui est bien évidemment facteur d'évolution. 

Si je devais différencier l'une est l'autre de manière certes schématique, je dirais que la sophrologie agit principalement sur les symptômes de désordres psychosomatiques : tensions musculaires dues au stress, manifestations physiques sans lien avec une pathologie (troubles épidermiques, gastriques...), pensées incessantes, anxiété latente... La variété des techniques de sophrologie permet de les adapter à de nombreux troubles du quotidien : manifestations du stress, troubles du sommeil, attaques de panique... La sophrologie permet également grâce à ses outils pratiques de prendre en charge de manière positive les problèmes de concentration ou le manque de confiance en soi. La sophrologie a un aspect concret, et elle se pratique en toute autonomie par nos patients qui vont ensuite utiliser les outils appris en fonction des situations de la vie courante qu'ils rencontrent.

L'hypnose va agir davantage sur les causes. En aidant le sujet à approcher de manière subtile l'origine du trouble (y compris quand on ne la connaît pas) ou les circonstances de l'installation d'un comportement ou d'une habitude, on agit plus en amont pour libérer ce qui est encore bloqué ou interdit, ou minimiser les ressentis émotionnels associés - ce qui atténue aussi progressivement les symptômes. Une sorte de "double effet kiss cool" ! Si l'hypnose est bien maîtrisée par des thérapeutes formés, elle permet de gagner du temps. Agir sur la cause fait évoluer la situation plus rapidement que si on abordait séparément chaque symptôme. C'est toutefois une thérapie très engageante, à la fois pour le praticien qui doit être fortement expérimenté et dans une écoute active très soutenue, mais aussi pour le patient qui peut se confronter à des souvenirs douloureux ou des remontées émotionnelles. D'où l'importance d'être accompagné par quelqu'un qui sait également apaiser ces expressions émotionnelles parfaitement normales - et la sophrologie fait partie des techniques qui aident aussi à gérer l'après-hypnose !
Je ferai d'ailleurs sous peu un article pour expliquer pourquoi les sophrologues peuvent être d'excellents praticiens en hypnose, lorsqu'ils y sont formés. 
Certaines personnes sont attirées par l'aspect prétendument "magique" de l'hypnose : "Vous m'endormez, je ne sais pas ce que vous faites, mais quand je me réveille, je n'ai plus envie de fumer" (par exemple). Un peu comme s'ils voulaient évoluer "malgré eux". Hélas, ça ne "marche" pas comme ça... En hypnose - en tout cas comme je la pratique - le patient est partie prenante de la séance, qui évolue en fonction de ses images et ressentis pour être au plus juste de son vécu. On ne fait pas de l'hypnose "pour voir", par curiosité, on pratique cette technique avec des objectifs clairs. Je conseille pour ma part l'hypnose sur des indications très ciblées : arrêt du tabac, grignotages compulsifs, phobies, crises d'angoisse...

Pour en savoir plus :  mes séances de sophrologie et mes séances d'hypnose

Laurence Roux-Fouillet