femme_zenEn avril, je vous proposai de débuter votre année légèreté en vidant vos placards. L'automne pointe son nez, il est temps d'apprendre à vider sa tête !
Les pensées récurrentes, obsessions et autres ruminations épuisent notre énergie psychique. Si on ne peut "arrêter de penser", on devrait arriver à appuyer sur le bouton pause de temps à autres.
Je compare souvent mon métier à une quête de développement durable, appliquée à la personne.
Economisez votre énergie !
Pour retrouver un apaisement bienvenu, on peut essayer :
- d'écrire ses pensées, pour les trier (récurrent/important/conjoncturel), en traitant rapidement les moins importantes, pour ne plus avoir à y penser
- de s'autoriser à relativiser ce sur quoi on ne peut agir : la crise, le temps, la santé, les notes de vos enfants...
- de pratiquer la méditation.  5 ou 10 mn (ou plus) de ressourcement intérieur a des effets bénéfiques sur notre anxiété. Trop difficile ? Commencez par 5 mn de silence par jour.
- d'éviter la tendance aux interprétations (j'aurai l'occasion d'y revenir). Projeter des choses qui n'existent pas (ou pas encore) est la meilleure façon d'entretenir ses angoisses (ou d'en créer des nouvelles)
- de ne pas prendre systématiquement sur soi les problèmes des autres. Oui à la solidarité et à la compassion, non aux jérémiades en groupe
- de vivre l'instant présent...
En dégageant un espace libre dans sa tête, on évacue le poids de ce que l'on supporte - parfois pour pas grand chose.